Le groupe Kramer se porte à nouveau candidat au rachat du site Jacob Delafon de Damparis - Concept bain
close
Le groupe Kramer se porte à nouveau candidat au rachat du site Jacob Delafon de Damparis
Actualités - Actus

Le groupe Kramer se porte à nouveau candidat au rachat du site Jacob Delafon de Damparis

Annonçant être désormais soutenu par le personnel du site Industriel Jacob Delafon sis à Damparis, dans le Jura (39), le groupe Kramer a, dans un communiqué de presse en date du lundi 8 mars, manifesté à nouveau son intention de préserver ce dernier ; le 23 février, le fabricant de robinetteries sanitaires, propriétaire des marques Horus et Kramer, avait annoncé publiquement renoncer à cette opération de rachat, du fait, selon lui, des “délais et contraintes imposés par le groupe Kohler“, propriétaire du site.

Site de production de céramique sanitaire Jacob Delafon, à Damparis (39)

Nouveau rebondissement dans l’affaire qui captive le secteur de la salle de bains depuis que le groupe Kohler a manifesté, en septembre dernier, l’intention de fermer le site de production de céramique sanitaire Jacob Delafon, sis à Damparis, dans le Jura (39).

Depuis lors, la presse locale et spécialisée, dont Concept Bain, avait fait état des velléités du groupe Kramer de se porter candidat à la reprise de ce site ; une candidature concrétisée, du reste, le jeudi 11 février 2021, après que le fabricant de robinetteries sanitaires, propriétaire des marques Horus et Kramer, ait adressé une lettre d’intention au groupe Kohler et, en réponse aux demandes de ce dernier, envoyé un dossier de présentation détaillé au maximum… “au regard, expliquait-il alors, des éléments d’information reçus au préalable.

Le mardi 23 février 2021, coup de théâtre : le groupe Kramer annonce publiquement sa décision de retirer son offre de rachat. Sans entrer dans les détails, précisons que, dans un contexte social tendu, celui-ci ne souhaite pas être tenu responsable d’un report du PSE (fixé au 3 mars), tout en étant, explique-t-il, “dans l’impossibilité de répondre aux conditions et délais imposés par le groupe Kohler, au regard de l’opacité dont fait alors preuve ce dernier en matière d’informations“. En sus de cette situation délicate, le quotidien Le Progrès fait état, dans un article en date du mardi 16 février, de l’inquiétude des salariés du site de Damparis quant au rachat du site par le groupe Kramer pour un euro symbolique ; une pétition est alors signée par 62 ouvriers et envoyée au groupe Kramer… Lequel cherche, en vain, à rencontrer les salariés pour apaiser leurs craintes.

Le personnel du site de Damparis soutient l’initiative du groupe Kramer

Il était cependant écrit que les choses n’en resteraient pas là…

Après signature du PSE le mercredi 3 mars, le groupe Kramer reçoit, le même jour, une délégation du personnel de Damparis. À l’en croire, une partie des salariés se désolidarise de la pétition qui a été signée et adressée au fabricant mi-février ; ces derniers affirment avoir été manipulés par les auteurs de ce document. Dans le même temps, le groupe Kramer reçoit une lettre d’excuses signée par 70 salariés, dans laquelle ils indiquent leur volonté de ne pas laisser leur savoir-faire disparaître.

Tristan Rodriguez, directeur commercial et marketing du groupe Kramer, et Manuel Rodriguez, président du même groupe.

Fort de la confiance du personnel du site de Damparis, et avec le soutien de l’État, de la Région et de ses partenaires commerciaux, le groupe Kramer est alors en mesure de se porter à nouveau candidat, le lundi 8 mars 2021, à la reprise du site de Damparis, et de témoigner publiquement de son implication dans la sauvegarde d’un site historique et dans la préservation d’emplois. Dans un contexte aujourd’hui différent et après signature du PSE, son projet, tient-il à rappeler, “repose sur une nouvelle activité qui ne dépend plus du groupe Kohler, avec un programme de progression d’embauches dans lequel les futurs ex-salariés seront les bienvenus.

Si le groupe Kramer entend toujours, à travers cette opération, diversifier ses activités, étoffer logiquement son offre sur l’ensemble du marché sanitaire (céramique et robinetterie) au niveau national et à l’export, selon les valeurs du Made in France, la dimension humaine de ce projet demeure toutefois primordiale, ainsi que le précise Manuel Rodriguez, président du groupe :

Il ne s’agit pas de stratégie mais de philosophie d’entreprise : inscrire l’humain au cœur de notre écosystème.

Informations clés

Implanté dans la Meuse depuis 1981, le groupe Kramer possède un savoir-faire reconnu dans la fabrication de robinetteries sanitaires moyen de gamme (Kramer et marques de distributeurs) et très haut de gamme (Horus, marque labellisée Entreprise du Patrimoine Vivant).

CA France Groupe Kramer : 30 millions d’euros. Salariés : 112 collaborateurs en France. Implantation commerciale : diffusion en France, 80 %, diffusion à l’export, 20 %, dans 40 pays différents.

Le groupe Kramer est présent dans la distribution professionnelle et la grande distribution, dans le moyen de gamme (75 %) et le luxe (25 %), à hauteur de 40 % d’activité commerciale pour les marques Kramer et Horus, et de 60 % pour les marques de distributeurs.