Salone Internazionale del Bagno : Milan en ébullition - Concept bain
close
Salone Internazionale del Bagno : Milan en ébullition
Actualités - Actus - Decorative - Design

Salone Internazionale del Bagno : Milan en ébullition

S’il est un terme qui qualifie le plus justement l’édition 2018 du Salone Internazionale del Bagno de Milan au sortir de ses six jours (17-22 avril), c’est bien celui d’effervescence. Des allées bondées, une agitation sans discontinue au milieu des stands, des nouvelles collections en pagaille : la grand-messe milanaise et ses 243 exposants, qui a attiré 17% de visiteurs en plus que lors de l’édition 2016, s’est affirmée, plus que jamais, comme la plateforme mondiale incontournable de la profession. Florilège des nouveautés dévoilées.

 

Robinetterie

THG, ou l’élégance à la française

« Aller à l’essentiel ». Tel fut le maître-mot qui, tout au long de cette semaine milanaise, a guidé l’industriel français spécialisé dans la conception et la fabrication de robinetteries de luxe. « Nos produits sont exposés sans artifice pour mettre en valeur notre savoir-faire qui parle de lui-même », justifient ses dirigeants. Ainsi, et ce pour la première fois, la maison THG – unique  fabricant hexagonal présent sur le salon, faut-il le rappeler  – a fait montre de son expertise et de son savoir-faire en proposant un concept global et coordonné pour la salle de bain qui présentait robinetteries, accessoires, vasques et baignoires, le tout mis en scène sur un stand de 150 m2. « L’objectif est de proposer des associations conviviales et chaleureuses où les produits sont soigneusement assortis », ajoute sa direction. Parmi les trois nouvelles séries présentées, nous pouvons retenir « Les Ondes » : une collection dessinée par Patrick Gilles qui s’est inspiré de la lampe revisitée pour la manufacture de Cristal Baccarat, dont les pans de cristal facettés évoquent la transparence de l’eau. Composée d’une base dix faces et surmontée d’un croisillon en forme de trident, « elle rend en hommage à l’emblème de Neptune, Dieu de la mer et des océans », décrit son créateur. Classique et moderne à la fois, « Les Ondes » apportent une réponse pour « une décoration intemporelle, empreinte d’une certaine élégance à la française. »

 

Fantini se pare du verre de Murano

Installé, depuis 1947, sur les bords du lac d’Orta, étendue d’eau encaissée aux pieds des montagnes du Piémont italien, le fabricant Fantini, qui a réalisé l’an passé en France une progression de son activité de 14%, incarne, à bien des égards, le savoir-faire italien en matière de fabrication de robinetteries haut de gamme. Illustration cette année sur le salon avec la présentation de sa collection de mélangeurs « Venezia », conçue par Matteo Thun & Antonio Rodriguez, dotées en 2018 de nouvelles poignées réalisées en verre soufflé de Murano, disponibles en teintes noire, blanche ou bleue. « Pour cette gamme, nous proposons deux poignées de formes différentes, complète l’industriel. La première présente un disque de verre transparent, plein et à bords facettés, permettant un aperçu de la sérigraphie sur la base avec un effet tridimensionnel, alors que la seconde  livre une ligne horizontale classique, en forme de levier, en métal noir ou chromé. »

 

Céramique

Flaminia tout en légèreté

Céramiste italien qui a vu le jour en 1955, Flaminia (une production 100% made in Italy) a présenté sur le salon un concept d’exposition, baptisé « Le Village », qui s’articulait à travers cinq projets d’aménagements. Parmi ceux-ci, l’un abritait « Madre », une série de lavabos, bols et bidets dont les formes et proportions évoquaient le courant rationaliste des années 1930 (retour au décor minimal avec des lignes géométriques pures). Côté nuances, cette collection présentait un contraste chromatique entre les teintes claires et foncées de ses éléments, et les matériaux brillants et mats. Autre univers marquant du Village de Flaminia : celui qui intégrait Bonola, « l’une de nos gammes emblématiques, affirme l’industriel, conçue par Jasper Morrison, qui livre une vasque circulaire doté d’un bord particulièrement fin, qui lui confère un aspect architecturale d’une grande légèreté. » A noter que Bonola (disponible en version 50 cm) est proposé en vaque à poser ou sur colonne.

 

Pom d’Or, l’artiste de la porcelaine

La marque espagnole Pom d’or, spécialiste des accessoires et du mobilier pour la salle de bain, a présenté à Milan « Equilibrium », une collection réalisée en porcelaine issue de la prestigieuse maison allemande Rosenthal, inspirée des créations du designer hollandais Edward van Vliet. Pour réaliser cette ligne, Edward van Vliet s’est appuyé sur un savant mélange de neuf éléments : les imprimés, les couches, la nature, les cultures, les traditions, les matériaux, la couleur, les trésors et la lumière. Au final, « Equilibrium » livre, tout d’abord, une gamme d’accessoires en porcelaine, disponibles dans différentes couleurs douces, tel le blanc et la céladon, ou différentes textures. Cette porcelaine peut également être assortie à trois types de finitions métalliques (chrome, or et bronze). Autres accessoires déclinés dans la gamme : des miroirs grossissants, des plateaux et des porte-savons liquides, des verres, des poubelles, des porte-balayettes et des boîtes à kleenex. Par ailleurs, « Equilibrium » déceline des meubles en bois de chêne au ton foncé qui se distinguent par leur façade texturée. Disponibles en trois dimensions (80 cm et 100 cm, et un auxiliaire de 40 cm), ils s’appuient sur des pieds métalliques qui peuvent être chromés, dorés ou en bronze. Ces meubles sont accompagnés de lavabos ronds à poser en porcelaine blanche lisse ou rayée à l’extérieur. La collection comprend enfin un miroir mural avec éclairage led (65 cm x 95 cm).

 

Mobilier

Arblu mise sur la fonctionnalité

Ensemblier de la salle de bains – la maison transalpine était spécialisée à sa fondation, en 1996, dans le mobilier puis a décliné, à partir de 2006, les équipements nécessaires à l’installation d’une douche – a livré, sur la manifestation, Tulip : un système d’ameublement complet, à la fois fonctionnel et facile à installer. Cette collection comprend une baignoire, un lavabo, une console, des miroirs et d’autres solutions d’ameublement, telle une colonne rotative et un chariot sur roulettes. On notera notamment que le métal verni et le Tecnoblu (matériau composite d’une grande résistance, anti-rayures et faciles à nettoyer) qui habille son meuble suspendu, se marie harmonieusement avec la chaleur de ses finitions en bois. S’agissant des accessoires de Tulip, façonnés également dans le métal verni, « ils permettent de compléter et de personnaliser l’ensemble la gamme », souligne le fabricant. Ainsi, crochets, porte-serviettes, distributeurs de rouleaux et étagères permettent d’optimiser tous les espaces pour le rendre plus fonctionnels.

 

Fiora, le challenger qui monte !

 

Avec ses tons roses et cappuccino, qui figurent parmi les principales tendances prophétisées par les experts de la salle de bains pour les années 2018 et 2019, « Making » fut, sans conteste, l’un des produit-phares présentés par Fiora à l’occasion du Salon international de Milan. Challenger qui monte sur le marché français du mobilier de salle de bains, l’industriel espagnol (un site de production de 15 000 m² à La Rioja et un effectif de 80 personnes) a fait appel au studio de design barcelonais The Robot Design Studio pour réaliser cette collection qui « se caractérise par un effet de matière original, continu et sans interruption, comme si le meuble était sculpté dans un seul bloc », décrit-on chez le fabricant. Plus en détail, ses tiroirs sont équipés d’un fond antidérapant et leur intérieur peut être personnalisé en fonction des différentes couleurs disponibles. « Making » propose également des accessoires astucieux pour organiser l’intérieur des tiroirs, à l’instar des bacs porte-objets. Les structures des meubles sont en MDF, un matériau qui présente une capacité d’absorption quasi nulle. L’utilisation de coins biseautés, d’un apprêt anti-humidité et de laques polyuréthane, prolonge la durée de vie de la collection.

 

VitrA pour une salle de bains plus intime

La série « Plural » de l’ensemblier VitrA, exposée sur le salon, se propose de « présenter la salle de bains comme un espace de vie informel à part entière, explique son créateur. En imaginant « Plural », nous voulions créer une nouvelle méthodologie qui réponde à l’évolution du rituel de la salle de bains », mettant en exergue « un cadre personnalisé et intime ». Les palettes de couleurs neutres et les finitions en bois apportent à l’ensemble une sensation de chaleur et de domesticité. Réinterprétant la disposition traditionnelle de salle de bains, les éléments principaux de la gamme incluent la superposition et le regroupement de différents blocs de meubles pour créer des tailles se chevauchant. La gamme comprend en outre deux miroirs – dont l’un, vertical, peut tourner entre deux bassins, tandis que l’autre est de forme horizontale pour une visualisation à plusieurs positions.

 

Sauna

Effegibi veut démocratiser le sauna

Créée en 1987, la société Effegibi a construit sa renommée internationale en qualité de fabricant de saunas. Et plus précisément, en tant que fournisseur de solutions pour le grand public sur le secteur du bien-être. « Cette stratégie, expliquent ses dirigeants, nous a conduit à concevoir des saunas en rupture avec les concepts traditionnels destinés plutôt aux équipements collectifs, transformant ainsi le sauna en véritable mobilier de design. » Et ces derniers d’ajouter : « Installation facile des produits, design italien et respect rigoureux des traditions en termes d’utilisation, sont les éléments qui aujourd’hui construisent notre ADN. » Cette année, l’industriel a dévoilé sur le salon l’un de ses derniers-nés : « Yoku ». Il s’agit d’un sauna modulaire dessiné par Marco Williams Fagioli (Zup Design). L’inspiration, dont il tire son nom, se penche sur une branche particulière de la médecine naturelle japonaise basée sur les effets bénéfiques du contact avec les plantes et avec l’atmosphère des forêts. Le volume de son poêle est intégré dans la banquette inférieure, alors que sa grande cloison vitrée frontale est constituée à l’extérieur par des éléments verticaux en bois naturel qui rendent l’espace plus intime, devenant en même temps des éléments porteurs de surfaces d’appui visibles qui « dialoguent » avec l’extérieur. « Yoku » est proposé en trois matériaux différents : Aspen thermo-traité, bois massif thermo-traité et noyer noir dans les dimensions de 230 x 200, 202 x 180, 174 x 170 et 174 x 132 cm.

 

Radiateur

Tubes, l’avant-gardiste du radiateur

Tubes, fabricant italien de radiateurs et de sèche-serviettes installé, depuis 1994, à Resana dans la province de Trévise (une usine de 18 000 m² et 65 employés) et « constamment engagé sur le terrain de le recherche et du développement », dixit ses dirigeants, s’est présenté au Salone Internazionale del Bagno 2018 fort de « deux importantes nouveautés », dont la collection « Plug&Play ». Fonctionnant à l’électricité et ne nécessitant aucune installation, cette ligne de produits est composée des modèles : « Eve » et « Astro », deux chauffages portables. Alors que le premier éclaire en plus de chauffer, le second purifie l’air tout en chauffant. Dessinés respectivement par Ludovica+Roberto Palomba et Luca Nichetto, ils rejoignent les quatre produits phares « Origami », « Square Bench », « Milano Free-standing » et « Scaletta ». « Inspiré du monde des drones, le chauffage « Eve », s’il peut passer inaperçu dans une pièce en se cachant par exemple sous une table, à côté d’un canapé ou aux pieds du lit, aspire aussi à jouer un rôle de protagoniste de premier plan de l’espace, souligne le fabricant, grâce à la lumière qu’il diffuse lorsqu’il fonctionne. » Et surtout, pourrait-on rajouter, grâce à son design pour le moins avant-gardiste que le caractérise ! A noter que les deux fonctions « chaleur » et « lumière » peuvent être actionnées de façon simultanée ou indépendamment l’une de l’autre. Eve réchauffe à travers un flux d’air chaud qui est émis à 360 degré.

 

Baignoire

Victoria + Albert, la baignoire version luxe

Il y vingt-deux ans naissait, en Angleterre, la société Victoria + Albert. Son cœur de métier : la réalisation de baignoires-îlots de luxe en Quarrycast, un matériau réalisé à base de roche volcanique issue d’Afrique du Sud et de résine haute performance. « Les avantages de ce matériau sont multiples, explique l’industriel : il est solide, résistant aux rayures, brillant, antitaches et léger. » Présente en France depuis plusieurs années, mais redynamisée, en 2016, sous l’impulsion d’une nouvelle équipe commerciale, la gamme Victoria + Albert compte trente-six modèles de baignoires, dont les modèles « Barcelona 2 » et « Barcelona 3 », deux nouveautés 2018 présentées, cette année, sur le salon milanais de la salle de bains. De dimensions plus compactes que leur ainé « Barcelona » mais pareillement remarquable grâce à leur design organique, les baignoires « Barcelona 2 » et « Barcelona 3 » disposent d’un vide sanitaire, idéal pour cacher les canalisations. Autre avantage : nul besoin de percer le sol pour installer la plomberie, soit un atout de taille pour les projets d’architectes. Ces deux nouvelles baignoires peuvent être coordonnées avec les vasques à poser Barcelona 48, Barcelona 55, Barcelona 64 et sont disponibles en sept finitions extérieures.

 

Douche

Kaldewei, l’acier émaillé aux dimensions généreuses

Kaldewei, spécialiste mondial des surfaces pour la salle de bains en acier émaillé, a profité du Salon international de la Salle de bains de Milan pour présenter son « système révolutionnaire » de receveur de douche baptisé « NexSys », lancé un an plus tôt. « NexSys repose sur un concept qui combine en un même système les avantages d’une surface de douche émaillée sans joints aux dimensions généreuses d’un espace de douche carrelé », détaille-t-on chez l’industriel, qui complète : « La receveur de douche « NexSys » est totalement plane, sans contour intérieur ni chanfrein sur les bords, et convient par conséquent parfaitement pour une intégration dans le carrelage existant de la salle de bains. » En plus de ses atouts en termes de flexibilité et d’esthétique dans la planification de la salle de bains, « NexSys » permet « un montage simple, rapide et sûr ». Grâce à une évacuation discrète assortie au design de la goulotte, « NexSys » se fond littéralement dans le sol de la salle de bains. La flexibilité du modèle s’illustre également dans sa grande variété de dimensions : NexSys est proposé dans plus de deux-cents déclinaisons.

 

Inda, entre modularité et personnalisation

En août 2013, Inda se rapprochait de Samo, conduisant à la création du Holding Samo Industries et donnant naissance à un leader européen de l’ameublement de la salle de bains. Aujourd’hui, la société Inda est composée de quatre divisions produits : accessoires (un segment sur lequel Inda fait figure de leader du marché), meubles, miroirs et cabines de douche. « Nous nous exprimons à travers la livraison de solutions aux formes allant du classique au design moderne et avant-gardiste », soulignent ses créateurs. Recherche esthétique continue et exploration des styles et inspirations les plus variés : tel apparaît ainsi le fil conducteur de l’entreprise sur le terrain de la création. En 2018, ainsi qu’on pu le découvrir les visiteurs de la manifestation, « Trendy Design », « une solution où le détail fait la différence », est venue enrichir le catalogue « douche » de l’entreprise. Ses principaux signes distinctifs : des portes coulissantes et une large variété de finitions qui offrent un style personnalisé de son espace douche. Les adjectifs caractérisant le mieux Trendy ? Modularité, personnalisation, fonctionnalité, authenticité et technologie.