Thomas Ménard : « Faire basculer 120 show-rooms Cedeo et Brossette vers Envie de salle de bain » - Concept bain
close
Thomas Ménard : « Faire basculer 120 show-rooms Cedeo et Brossette vers Envie de salle de ...
Actualités - Actus

Thomas Ménard : « Faire basculer 120 show-rooms Cedeo et Brossette vers Envie de salle de bain »

Un an et demi après le lancement de l’enseigne Envie de salle de bain (Groupe Saint-Gobain), Thomas Ménard, responsable national développement Expo & Produits de l’enseigne, rappelle les points-clés de son concept et les ambitions de développement nourries par ses dirigeants. 

Pouvez-vous rappeler comment est né, à l’automne 2017, le concept Envie de salle de bain ?

De la volonté d’orienter notre stratégie directement vers le client final, et de lui adresser un installateur partenaire pour la réalisation de ses projets, car c’est lui, désormais, le principal prescripteur d’un projet de salle de bains. L’objet est le suivant : faire basculer une partie de nos showrooms sous enseigne Cedeo et Brossette, hier orienté BtoBtoC (c’est-à-dire selon un schéma négoce-installateur-consommateur), vers un schéma BtoCtoB, (c’est-à-dire négoce-consommateur-installateur)… Et donc porté par ce réseau Envie de salle de bain.

Est-ce à dire, qu’à terme, toutes les salles d’exposition Cedeo et Brossette basculeront vers Envie de salle de bain ?

Non. L’objectif est de transformer 120 showrooms Cedeo et Brossette sur un total de 200 en magasins Envie de salle de bain, suivant un rythme annuel de 15 à 20 ouvertures. A ce jour, nous en recensons 24. Mais ce n’est pas tout : nous procéderons également à la création ex-nihilo de magasins Envie de salle de bain en nous appuyant notamment, lorsque les cas se présenteront, sur nos deux autres enseignes Point.P et Decoceram (également dans le giron de Saint-Gobain) afin de créer des synergies d’enseignes, comme c’est déjà le cas à Lyon et Herblay (Point.P), et bientôt à Marseille et à Bordeaux (Décoceram) au cours du second semestre 2019. Et avec cette ambition : nous implanter au cœur des 25 plus grandes villes de France.

Quels sont les points-clés du concept Envie de salle de bain ?

L’idée, en lançant notre première ouverture en octobre 2017 à Paris, était de pouvoir présenter au particulier un choix le plus vaste possible de produits de qualité avec, en guise de clé d’entrée, un maître-mot : l’inspiration. Pour ce faire, nous avons imaginé au sein des show-rooms, dont la surface moyenne s’établit entre 350 et 400 m², 7 tendances, chacune de 2 à 15 m², présentant un style qui lui est propre : campagne/chic, industriel, classique chic, moderne/design, exotique, vintage et scandinave. En moyenne, 10 ambiances sont ainsi exposées par magasin. Autre point-clé : l’installation, dans tous les show-rooms, de zones de choix où les produits sont présentés par familles.

Le lancement d’Envie de salle de bain, suivi plus récemment par le nouveau concept Richardson et vous, traduit-il la volonté des réseaux professionnels de contrer les GSB, elles aussi clairement orientées grand public ?

Il ne s’agit pas d’une riposte, mais davantage d’une prise de conscience des réseaux professionnels que le contexte de marché avait changé, orienté désormais vers le particulier. Et s’agissant des grandes surfaces de bricolage, nous n’avons pas le même positionnement : avec l’expertise de nos conseillers, la qualité de nos produits et de nos services ainsi que la mise en relation avec nos partenaires installateurs, nous offrons une expérience client bien plus qualitative, et pas nécessairement plus chère.

Dans un contexte de marché tendu pour l’univers de la salle de bain, comment se sont portées vos ventes en 2018 ?

Pour nos deux réseaux Brossette et Cedeo, nous avons affiché des résultats dans la droite ligne de celle du marché (celui-ci, selon les estimations à lire début mars dans L’Année du Bain, se situerait sur une légère croissance volume, mais accusant un repli de son prix moyen de vente, ndlr.) En ce qui concerne nos nouveaux formats Envie de salle de bain, ils ont surperformé par rapport au marché. (Saint-Gobain garde confidentielles ses données institutionnelles).